17/03/2006

La rupture

Il m'arrive d'imaginer de petites histoires qui jusqu'à présent restait dans ma tête. J'ai décidé dorénavant de vous les faire partager.

Voici la première, elle s'appelle la rupture.

 

Il avait assené sa phrase d’un ton sec et rapide et vu le peu d’effet qu’elle avait produit sur elle, il tentait à présent de l’amadouer.

Ce « Je te quitte tout est fini entre nous » n’avait pas eu l’effet escompté sur sa compagne.

Celle-ci restait prostrée assise sur le lit, les yeux baissés vers le sol tandis que lui l’homme se tenait arrogant devant elle la toisant à la recherche de la moindre petite réaction.

 

Tu comprends lui disait-il, cela fait maintenant 10 ans que l’on vit ensemble et ces derniers temps le boulot m’accaparait de plus en plus. Ces journées harassantes parfois même ces soirées passées à boucler un dossier, toute cette tension que j’endurais depuis des mois, eh bien j’ai craqué.

 

Il la regarde à nouveau guettant un signe de sa part, croyant même un instant l’entendre murmurer quelque chose mais…rien.

Il reprend donc le fil de son monologue qu’il a bien consciencieusement préparé dans sa tête depuis des jours, attendant le moment opportun pour lui dire.

 

Eh bien voilà donc un soir, nous venions de conclure la signature d’un contrat et j’avais tenu à inviter quelques collaborateurs pour fêter l’événement. Nous nous sommes retrouvés en petit comité et après avoir bu quelques verres, j’ai raccompagné chez elle Clémentine, tu sais cette nouvelle collègue qui était présente à la fête du nouvel an. Elle a insisté pour que je prenne un dernier verre chez elle. Tu comprends je n’étais pas maître de mes émotions, j’avais beaucoup bu ce soir là et puis c’est elle qui s’est jetée sur moi. Elle n’avait pas arrêté de me lancer des regards suggestifs et lorsqu’elle s’est penchée sur moi pour m’embrasser, je n’ai pu résister.

 

Lâche !!!

Il a bien entendu ou c’est seulement dans sa tête qu’il a cru entendre ce mot ???

 

Il regarde sa femme mais celle-ci semble si abattue, toujours dans la même position que lorsqu’il a commencé à parler. Non décidément ce n’est pas elle.

 

Et puis tout à coup ça l’énerve. Mais pourquoi reste t’elle là sans rien dire, ni cris, ni reproches rien pas un mot ;

Et tout cela l’énerve encore plus que si elle l’avait giflé, le traitant de dégeulasse, cassant au passage quelques objets précieux.. Rien et cela le met hors de lui.

 

Mais parle à la fin, ne reste pas plantée là sans rien dire.

Toi aussi tu as des torts, des mois que tu m’adresses à peine un bonjour minaudé du bout des lèvres. Et puis tu ne fais plus aucun effort pour me plaire, tu as vu de quelle façon tu t’habilles ces derniers temps, si je ne savais que c’était bien toi, en rentrant parfois je penserais presque m’être trompé de maison.

 

Un instant il a cru voir l’ombre d’un sourire sur ses lèvres, mais elle a la tête si penchée qu’il ne sait si celui-ci était bien réel ou non. Cela doit être mon imagination se dit-il.

 

A bout d’argument il attend là devant elle, ne sachant plus trop quoi ajouter. Bon eh bien je vais m’en aller.

 Il s’apprête à tourner les talons, puis dans un sursaut d’orgueil, se tourne vers elle une dernière fois.

 

Tu n’as donc rien à me dire ?

 

Le silence envahit la pièce.

 

L’air abattu il prend sa valise et s’en va en fermant la porte doucement sans claquement,  à présent on pourrait presque penser que c’est lui …le malheureux.

 

La femme se lève alors…et ce visage que l’on pensait voir effondré, de grosses larmes coulants sur les joues, le voilà face à la lumière rayonnant., un sourire immense l’envahit.

S’il prenait à son mari l’envie de revenir sur ses pas, il verrait la femme dont il est tombé amoureux il y a déjà 10 ans de cela et qui en ce jour semble encore beaucoup plus belle.

 

Merci. Ce petit mot dit, elle se dirige vers la salle de bain, se change revêtant ce nouvel ensemble acheté la veille.

Pendant que son cher mari se tuait à la tâche, elle sortait de la boutique  sous l’œil admiratif des passants masculins qui semblaient eux la trouver à leurs goûts. Elle se maquille et l’image que lui renvoie le miroir la ravit.  Un petit clin d’œil à son reflet et dans un soupir elle s’en va, elle aussi…enfin libre.

 

 

 

 

 

 

 

13:28 Écrit par Miss2red | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

bravo très chouette, tes histoires, continue!

Écrit par : BRIGITTE | 17/10/2006

Moui Jme rappelle de cette histoire elle est genial ,c'etais ta tte premiere et c'est la que tt a comencer entre toi et l'ecriture lol

Écrit par : kelly | 22/10/2006

J'ajoute... Et il se retrouva seul et libre. On ne prête qu'aux riches...
A plus.

Écrit par : rhadamanthe | 05/06/2007

Les commentaires sont fermés.